La première action de Reporters solidaires, initiée par l’ONG France Guinée Coopération, se déroule en Guinée, à Conakry et à Kamsar, à partir de 2007, avant même la création de l’association, en collaboration avec le Club de la presse de Guinée dont la présidente, Saran Touré, est vice-présidente de Reporters solidaires. Un deuxième programme voit le jour en 2013, à la demande de Koureissy Condé (African Crisis Group) avec le soutien financier de Res Publica. En dix ans, nous formons plus de 200 journalistes à Conakry, à Kamsar et à Kindia, soit au cours de programmes longs, avec des ateliers d’une trentaine de participants, soit en immersion dans les rédactions.

2016

Janvier. Suite à la formation sur le traitement médiatique des réformes de l’Etat initiée par Search For Common Ground (SFCG) en juin dernier, celle-ci nous demande de la compléter, cette fois en immersion dans sept radios de Conakry ainsi qu’auprès de l’équipe médias de l’ONG américaine. Pendant quatre jours, nous intervenons à Renaissance FM, City FM, Sabari FM, RTG Koloma, Fotten Gollen FM, Soleil FM et RTG Boulbinet, soit au total auprès de plus de 150 journalistes dont de nombreux stagiaires.

 

 

La rédaction de la RTG  à l’écoute des réformes

 

 

 

 

 

Dans la foulée des deux conférences de presse sur la création de l’Institut des médias et du master en journalisme à l’Université de Bobo-Dioulasso tenues à Ouagadougou et à Bobo en décembre 2015 (voir la page Burkina Faso 2: la coopération universitaire), nous en organisons une troisième à la Maison de la Presse de Conakry puisque ce projet concerne l’ensemble de l’Afrique francophone.

               Conférence de presse sur la création de l’Institut des médias au Burkina Faso

Enfin nous jetons les bases d’un nouveau programme, toujours financé par Res Publica, à destination des journalistes de « l’intérieur du pays » qui aura lieu à Kindia, à 130 km de Conakry. Contact est pris avec l’association des journalistes de Kindia, notre nouveau partenaire.

CR session SFCG + mission ACG + CP

2015

Juin. En dix jours, nous organisons trois ateliers avec trois groupes différents de journalistes.

Tout d’abord la 4e session de formation financée par Res Publica et consacrée à quatre rubriques (faits-divers/justice, économie, société et sports) complétées par l’étude du dossier, genre retenu pour la 4e édition de Conakry Info. Le journal-blog comprend donc quatre dossiers correspondant aux quatre rubriques citées : le rôle des avocats en Guinée (justice), l’impact d’Ebola sur le tourisme (économie), l’excision (société) et le renouveau du football guinéen (sport). La dernière journée est entièrement réservée au traitement d’une crise sanitaire, en l’occurence l’épidémie d’Ebola qui frappe la Guinée.

Conakry Info 4

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10

     Rédaction en groupe d’une charte du journaliste face à une crise sanitaire

Le deuxième atelier se déroule également le dernier jour à la demande de l’Association des Jeunes Reporters de Guinée, sur la déontologie et les pratiques professionnelles.

Enfin pour la 2e année consécutive, Search for common ground (SFCG) nous sollicite sur un thème bien particulier: les réformes de l’Etat. Nous commençons par nous informer que ce qu’elles contiennent auprès du coordinateur du programme, Amara Camara, avant d’expliquer à une trentaine de journalistes venus de tout le pays comment les traiter, avec l’aide bienvenue du chargé de la communication de ce titanesque chantier, Ben Daouda Touré.

Page 6 (ok)

      Les réformes de l’Etat expliquées par Ben Daouda Touré… puis travaillées en groupe

 

CR session Conakry juin 2015

2014

Février. Par l’intermédiaire de Saran Touré, nous sommes sollicités par Search for common ground (SFCG), une ONG américaine impliquée dans le renforcement de la démocratie en Guinée, pour organiser une formation de rédacteurs en chef de plusieurs médias. Francis Viailly, ex-rédacteur en chef et directeur du Progrès, co-anime l’atelier avec Boubacar Yacine Diallo, journaliste et ancien président du Conseil national de la Communication.

Juin. La troisième session de formation du programme engagé avec Sékou Koureissy Condé (African Crisis Group) et Res Publica se poursuit sous le signe de l’enquête, un genre journalistique très prisé et réclamé par les stagiaires l’année précédente. Plus de trente journalistes de la presse écrite, en ligne, audiovisuelle publique et privée participent aux ateliers à La Maison de la presse de Guinée.

Chaque groupe est encadré par un formateur, ici Christian, Francis et Nelly

Réaliser quatre enquêtes (trois en écrit, une en radio) sur le terrain en quatre jours relève de l’exploit. Mais le résultat est là: Conakry Info 3  est terminé dans les temps même s’il ne peut être imprimé sur place en raison des coupures d’électricité.

Conakry Info 3

La rédaction au complet

Compte-rendu Conakry juin 2014

Dans la foulée de cette 3e session, toujours à la demande de Search for common ground (SFCG), nous effectuons deux formations de trois jours en immersion dans une rédaction: à la Radio Télévision de Guinée (RTG) pour Francis Viailly, à Radio Nostalgie pour Christine Cognat.

Accompagnement des journalistes de Radio Nostalgie, 1ère radio privée de Guinée

2013

Juin. Après une interruption de cinq ans, faute de financements, en dépit de nos nombreuses recherches, nous sommes sollicités par l’association lyonnaise Res Publica pour lancer un nouveau programme de formation de journalistes guinéens, à la demande de Sékou Koureissy Condé, directeur de African Crisis Group. Saran Touré, vice-présidente de RS et présidente du Club de la presse de Guinée , se charge de recruter une trentaine de journalistes de la presse écrite, audiovisuelle et en ligne, publique et privée. Des jeunes très enthousiastes que nous retrouverons à trois autres reprises.

La première session du nouveau programme est inaugurée par Saran Touré et Koureissy Condé à la Maison de la presse de Guinée, avec Marie-Jeanne et Francis

La Maison de la presse nouvellement aménagée, grâce à un financement franco-américain, nous accueille du matin au soir, repas compris, et nous suivons à la lettre le programme des deux manuels de journalisme rédigés par RS et publiés aux Presses universitaires de Grenoble (PUG): Le Journalisme en pratique et les Rubriques du Journalisme. Ces quatre sessions permettront aux stagiaires de suivre en accéléré l’ensemble des cours dispensés dans les écoles de journalisme mais adaptés au contexte local. Dans ce cas, la préparation de la couverture des prochaines élections législatives.

Compte-rendu Conakry juin 2013

Bien entendu, nous mettons aussitôt la théorie en pratique en réalisant Conakry Info 1.

Conakry Info 1

photo de groupe

Novembre. La 2e session du nouveau programme se déroule également à la Maison de la presse avec les mêmes stagiaires et dans une ambiance exceptionnelle. Une grande partie du travail est consacrée aux institutions mises en place dans le pays s’ouvrant à la démocratie avec notamment une conférence   de Koureissy Condé sur le rôle de l’Assemblée nationale, récemment élue.

Jean-Claude  Perrin (Res Publica), Sékou Koureissy Condé, Boubacar Yacine Diallo (président de la Maison de la presse), Saran Touré et Christine Cognat (RS)

Compte-rendu Conakry nov 2013

Marie-Martine en explication, Francis à l’impression, tous à la rédaction

C’est donc tout naturellement que nous axons le 2e numéro de Conakry Info sur le débat politique en demandant à des représentants variés de la société civile ce qu’ils attendent de leurs députés… sans langue de bois! Pour obtenir des réponses rapidement, les stagiaires font jouer leur carnet d’adresses.

Conakry Info 2

« Merci, merci… » avec Chérif à la guitare

2008

Avril. France Guinée Coopération (FGC) organise les 3emes Journées médicales Guinée-Rhône-Alpes et la Faculté de médecine de Conakry. L’occasion pour Reporters solidaires, association officiellement fondée en mars, d’organiser la couverture de ce congrès en réalisant une lettre d’information quotidienne.

André Lewin, ancien ambassadeur de France en Guinée et Pascale Vanneaux, présidente de France Guinée Coopération

Neuf jeunes journalistes de la presse écrite et en ligne, publique et privée, participent à l’aventure. Ils sont encadrés par Fofana Mory, secrétaire général du Club de la Presse de Guinée, et Mamadou Dia, responsable du centre de formation. Les conditions de travail sont difficiles: nous partageons une minuscule salle de presse avec le secrétariat des Journées médicales, les stagiaires doivent continuer à travailler dans leur média en parallèle de la formation et nous affrontons divers obstacles techniques mais le pari est réussi.

Les lettres des journées médicales

lettre01 publiee pdf lettre02 publiée pdf lettre03 publiée pdf lettre04 publiee pdf

 

 

 

 

 

     Debriefing avec Foafana, Eliane et Christine

Reportage au Centre de transfusion sanguine

Dans la foulée de cette session, une double formation de journalistes de sport est assurée par Jean-Paul Savart, d’abord à la Radio Télévision de Guinée (RTG) dans la continuité de celle de novembre 2007 puis à Kamsar, ville minière située à 250 km à l’ouest de Conakry, à la demande de Amadou Diouldé Diallo qui souhaite décentraliser la session. En réalité, la formation, initialement centrée sur le journalisme sportif, s’étend rapidement à l’ensemble des techniques journalistiques.

Les stagiaires des radios locales avec Jean-Paul à Kamsar

Compte-rendu sessions avril 2008

Novembre. Nous relevons un gand défi: réaliser sur place un journal-école consacré au cinquantenaire de l’indépendance de la Guinée. C’est en effet en 1958 que Sékou Touré a dit « non » au référendum organisé par De Gaulle pour créer un « commonwealth » français en Afrique, deux ans avant les autres colonies. Pour l’occasion, nous venons à cinq formateurs, grâce à une seconde subvention de la Direction régionale du ministère de la Jeunesse et des Sports.

Cette 4e session est précédée d’une formation d’une semaine des journalistes radio de la Compagnie de Bauxite de Guinée (CBG) et de la radio rurale de Boké, formation assurée par Jean-Paul Savart sur demande de la CBG, avec l’accord du Club de la presse de Guinée.

A Conakry, la session se déroule encore dans le centre de formation du ministère de l’Information. Nous limitons volontairement le nombre de stagiaires à quinze pour une meilleure efficacité mais les candidats sont plus nombreux que les élus.

Denis, Marie-Jeanne, Francis, Jean-Paul et les rédacteurs du Journal du 50naire

Les jeunes journalistes se montrent enthousiastes et nous lançons aussitôt le « chemin de fer » (contenu du journal, page par page). Nous choisissons ensemble les chapitres : les célébrations du Cinquantenaire sur fond de crise, le rappel des évènements de 1958, cinquante ans d’indépendance et l’avenir de la Guinée. Nous mettons au point ensemble les sujets, en essayant de varier les genres journalistiques (reportages, témoignages, interviewes, analyses etc…) et nous les répartissons entre les stagiaires. Les premiers rendez-vous sont pris dans une atmosphère survoltée : c’est une véritable course contre la montre que nous engageons, si nous voulons boucler le journal avant le mercredi suivant, date à laquelle Denis de Montgolfier rentre à Lyon et pourra remettre les articles à Patrick Gabai qui nous fera la mise en page. La connexion Internet est en effet insuffisante pour envoyer les papiers d’ici. Bah Alassane, le photographe de Horoya (quotidien public) nous propose spontanément de rechercher et de nous donner des photos d’archives.

Le journal du 50naire de l’Indépendance de la Guinée

P 2-23 P 4-21 P 6-19 P 8-17 P 10-15 P 12-13 P 14 -11 P 16-9 P 18-7 P 20-5 P 22-3 P 24-1

Le journal est terminé dans les temps mais faute de matériel, nous ne pouvons l’imprimer sur place. Les jeunes journalistes en reçoivent une version « travail » sur une clé USB que nous leur remettons avec leur attestation de participation le vendredi 21 novembre lors de la cérémonie de clôture, grâce à un don du Conseil général du Rhône.

Les rédacteurs du Journal du 50naire

Compte-rendu session nov 2008

2007

Mars. La mission exploratoire menée par Christine Cognat et Jean-Paul Savart avec Pascale Vanneaux, présidente de France Guinée Coopération, se transforme en « projet-action » selon l’expression de Saran Touré dont nous faisons la connaissance. Ancienne journaliste à la Radio Télévision Guinéenne (RTG), Saran est nommée présidente du Club de la Presse de Guinée créé pour ce projet par Boubacar Yacine Diallo, président du Conseil national de la Communication (CNC) devenu ministre de l’Information.                                                                                                                     Après des mois de grève générale et de manifestations sanglantes, les journalistes sont impatients de commencer la formation. Lundi et vendredi, nous intervenons à l’Institut supérieur de l’Information et de la Communication (ISIC) devant 300 étudiants. Le reste de la semaine, nous animons un atelier de déontologie, de pratiques professionnelles et d’écriture journalistique pour d’abord 15 puis plus de 20 journalistes en activité, dans l’enceinte du ministère de l’Information. Au cours de notre séjour, Yacine est limogé et redevient simple journaliste.

Les stagiaires avec Saran Touré                      Diouldé et Jean-Paul devant la RTG

Nous prenons aussi le temps de rencontrer Gilles Martin, attaché de Coopération à l’ambassade de France, Alyette Chateauminois, responsable des médias, de faire le point sur la liberté de la presse en Guinée avec Souleymane Diallo, rédacteur en chef du journal satyrique Le Lynx et représentant de Reporters sans frontières en Guinée, et de voir Amadou Diouldé Diallo, président de l’association guinéenne des journalistes de sport et membre de l’Association internationale de la presse sportive (AIPS) comme Jean-Paul Savart. Celui-ci doit jeter les bases d’une formation de journalistes sportifs et remettre à l’association guinéenne dix ordinateurs offerts par la section R-A de l’Union des journalistes de sport français (UJSF). Malheureusement, en raison de la situation précaire dans le pays, les ordinateurs ne peuvent être sortis de leur container.

compte-rendu mission mars 2007

Novembre. Nous organisons une session de formation plus importante, grâce à une subvention de la Direction régionale du ministère de la Jeunesse et des Sports, une aide de la Ville de Lyon et un don d’Orange qui s’installe en Guinée. Nous emmenons avec nous deux étudiants de l’Institut de la Communication et des Médias (ICM) de l’Université Stendhal de Grenoble, encadrés par Francis Viailly qui rejoindra Reporters solidaires à sa création en avril 2008. Nous nous partageons le travail: un atelier de journalisme presse écrite et radio pour 25 journalistes dans le centre de formation du ministère de l’Information (cinq jours) et un de journalisme TV dans les locaux de la RTG (deux jours), une session pour 25 journalistes de sport (deux jours) et des interventions à l’ISIC (une journée).

 

                         Atelier radio…                                                 … et presse écrite

Deux étudiants de l’Université de Grenoble nous accompagnent

compte-rendu session novembre 2007

2006

Avril. A la demande de France Guinée Coopération, nous organisons à Lyon une semaine de rencontres avec différents médias (France 3 Rhône-Alpes, TLM, Le Progrès, RCF, La Tribune de Lyon) et le Club de la Presse pour Boubacar Yacine Diallo, président du Conseil national de la Communication (CNC) et Misra Touré, conseiller du cabinet particulier du président de la République Lansana Conté. Nous sommes reçus par Thierry Philip, vice-président de la Région Rhône-Alpes, Gilles Buna, vice-président du Grand Lyon et Jean-Louis-Touraine, premier adjoint de la Ville de Lyon.

   

            Boubacar Yacine Diallo                                     Bangaly Camara

A l’issue de cette mission, une convention est signée avec le Club de la Presse de Lyon et un projet est lancé pour renforcer les capacités de journalistes déjà en exercice mais n’ayant pas bénéficié d’une formation initiale. Cette demande est complétée quelques semaines plus tard par la venue à Lyon de Bangaly Camara, directeur de l’Institut supérieur d’Information et de Communication (ISIC) de Guinée, qui souhaite l’intervention de professionnels dans son établissement nouvellement créé. Une convention est aussitôt signée entre l’ISIC et l’Institut de la Communication (ICOM) de l’Université Lyon 2 pour l’accueil d’étudiants guinéens à Lyon.

Compte-rendu délégation guinéenne à Lyon

 

 

 

En juin 2013, RS a lancé un nouveau projet en Guinée pour une trentaine de journalistes des médias privés et publics, à l’initiative d’African Crisis Group (ACG). Ce programme de deux ans, à raison de deux sessions par an, a été entièrement financé par l’association lyonnaise Res Publica. Les sessions se sont déroulées à la Maison de la Presse de Conakry.

En novembre 2016 a été lancé à Kindia un nouveau programme de deux ans destiné à une trentaine de journalistes de l’intérieur du pays, projet soutenu par ACG et Res Publica. Cette formation, axée sur les bases du métier, la couverture électorale en prévision des élections locales de février 2017 et les trois genres journalistiques que sont le compte-rendu, l’interview et le portrait, a donné lieu à la réalisation du journal-blog Kindia Info 1.

Des actions sont également menées à Conakry (formation de rédacteurs en chef en février 2014, formation en immersion dans deux radios en juin 2014 et formation au traitement médiatique des réformes de l’Etat en juin et Janvier 2016) à la demande de Search For Common Ground (USA).

En janvier 2016, RS a tenu à la Maison de la Presse de Conakry une conférence de presse sur le Master 2 « techniques des métiers de l’information » qui ouvrira en février 2017 à l’Université de Bobo-Dioulasso.